Reflets

Encre de Chine 21 × 60 cm

Encre de Chine 40 × 50 cm

« Le paysage qu’il soit architectural ou naturel, parcourt tout le travail de Pascale Favre comme un trait continu que l’artiste dessine ou applique directement sur le mur en bandes autocollantes. Apparentées par la forme à la retranscription du réel, ses installations transposent plutôt dans l’espace un paysage mental linéaire, celui du souvenir, du vécu, de la pensée. Les objets de récupération, carton d’emballages, photos, cartes postales ou posters, viennent se poser sur les lignes extrêmement précises – une réminiscence de sa formation première d’architecte d’intérieur – comme autant de relais ponctuels sur lesquels l’attention se focalise pour décrypter l’ensemble. Ces images touristiques à l’esthétique surfaite montrant des montagnes se reflétant dans des lacs, deviennent ici le point de départ pour une déclinaison sur le thème du dédoublement dont l’artiste extrait la structure épurée dans ses dessins à la plume. Formés de points réguliers, ils transforment l’horizon en un axe de symétrie qui écartèle la montagne en deux comme pour en révéler le cœur. Le volume est recrée ailleurs artificiellement, avec le poster de panorama des Alpes qu’elle fait ondoyer sur le mur. L’ensemble devient ainsi un immense réseau de liens déployés sur les murs et réorganisés en une représentation stylisée de la montagne, qui peut se lire comme un entrelacs d’histoires. »

– Nicole Kunz, directrice de la Ferme de la Chapelle

installation suivante: Écoute le bruit de mes pas